septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
Subscribe to RSS Feed

pour quelques grains de sel …

on février 6th, 2010 by France

Si les Américains diminuaient simplement de 3 grammes leurs apports quotidiens en sel, cela se traduirait par une réduction annuelle de 60.000 à 120.000 nouveaux cas de maladie coronarienne, de 32.000 à 66.000 accidents vasculaires cérébraux, de 54.000 à 99.000 infarctus du myocarde et de 44.000 à 92.000 décès toutes causes confondues. Ainsi que des économies annuelles évaluées entre 10 et 24 milliards de dollars. Ces chiffres, pour le moins impressionnants, émanent d’une simulation par ordinateur réalisée par Kirsten Bibbins-Domingo, spécialiste d’épidémiologie et de biostatistique à l’hôpital général de San Francisco. Ils viennent d’être publiés dans le New England Journal of Medicine .

En pratique, le fait de réduire les apports en sel diminue la tension artérielle et le risque de maladie cardiovasculaire. On comprend, dès lors, les efforts des autorités sanitaires américaines qui prônent cette mesure de santé publique très peu coûteuse et remarquablement efficace. Les autorités préconisent de limiter les apports quotidiens en sel à 5,8 grammes et même à 3,7 pour les personnes de plus de 40 ans, les Noirs et les hypertendus. Or, outre-Atlantique, la consommation quotidienne moyenne est de 10,4 grammes par jour pour les hommes et de 7,3 chez les femmes. Avec une spécificité : dans l’alimentation américaine, 70 à 80 % du sel consommé provient des aliments achetés préparés (pas du sel mis pour cuire ses aliments ou ajouté à table).

De nombreux pays, comme le Japon, le Royaume-Uni, la Finlande et le Portugal, ont réussi à réduire l’apport alimentaire en sel en combinant la régulation du sel dans la nourriture toute prête, l’étiquetage des aliments préparés, l’éducation de la population et la collaboration avec les industriels, rappellent les auteurs. Avec des conséquences bénéfiques. Kirsten Bibbins-Domingo et son équipe estiment qu’un effort à l’échelle de la population américaine pour diminuer les apports en sel pourrait être aussi efficace que l’arrêt du tabac, par exemple.

( Le Point.fr)

Posted in SANTE

Leave a Reply