août 2016
L M M J V S D
« Août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Bienvenue

on janvier 30th, 2010 by France

Bienvenue sur le blog « La fin du travail »

 

Ceci est une grande première pour moi, aussi, je compte sur toute votre indulgence !

Pour démarrer je vous propose un texte de Nietzsche qui m’a inspiré ce titre. C’est une réflexion sur la valeur « travail ».

 

 

“ Dans la glorification du “ travail ”, dans les infatigables discours sur la “ bénédiction du travail ”, je vois la même arrière pensée que dans les louanges adressées aux actes impersonnels et utiles à tous : à savoir la peur de tout ce qui est individuel. Au fond, ce qu’on sent aujourd’hui, à la vue du travail – on vise toujours sous ce nom le dur labeur du matin au soir -, qu’un tel travail constitue la meilleure des polices, qu’il tient chacun en bride et s’entend à entraver puissamment le développement de la raison, des désirs, du goût de l’indépendance. Car il consume une extraordinaire quantité de force nerveuse et la soustrait à la réflexion, à la méditation, à la rêverie, aux soucis, à l’amour et à la haine, il présente constamment à la vue un but mesquin et assure des satisfactions faciles et régulières. Ainsi une société où l’on travaille dur en permanence aura davantage de sécurité : et l’on adore aujourd’hui la sécurité comme la divinité suprême. – Et puis ! épouvante ! Le “ travailleur ”,  justement, est devenu dangereux ! Le monde fourmille d’ “ individus dangereux ” ! Et derrière eux, le danger des dangers – l’individuum !

(…) Etes-vous complices de la folie actuelle des nations qui ne pensent qu’à produire le plus possible et à s’enrichir le plus possible ? Votre tâche serait de leur présenter l’addition négative : quelles énormes sommes de valeur intérieure sont gaspillées pour une fin aussi extérieure ! Mais qu’est devenue votre valeur intérieure si vous ne savez plus ce que c’est que respirer librement ? si vous n’avez même pas un minimum de maîtrise de vous-même ?”

Nietzsche. .Aurores (1881), Livre III, § 173 et § 206,  trad. J. Hervier, Gallimard, 1970.

J’ai rencontré ce texte alors que je viens moi-même de sortir (pas tout à fait) de ce monde du travail, auquel  j’ai sacrifié, comme la plupart d’entre nous,  de  nombreuses années.  « Perdre sa vie à la gagner », c’est aussi un livre que j’avais lu dans mes années « soixantehuitardes »,  j’avais donc déjà bien ce questionnement dans la tête. J’aimerais, dans les années à venir, consacrer plus de temps, à la méditation, à la réflexion, à la rêverie, mais aussi, à la dérision, à l’humour, pour parvenir -qui sait ? – à la Sagesse ?

J’ai sous-titré ce blog « mémoires de femmes« , d’abord, parce  je fais partie de cette famille, et que tout ce qui sera inscrit ici sera empreint de cet a priori, et aussi parce que je crois que les femmes prennent peut-être plus le temps de s’interroger sur les valeurs, les croyances, le SENS de  la Vie.

Autrement dit, et sans vouloir me montrer trop étriquée, ce blog  ne revendique pas « l’objectivité ».  C’est pourquoi je vous invite à ne pas hésiter à y insérer vos commentaires, vos réflexions, vos désapprobations, vos réactions quelles qu’elles soient.

Vous trouverez « pêle-mêle », des informations, des actualités qui m’ont intéressées, des textes littéraires ou poétiques,  des citations, des pps que j’ai aimés, des photos, des vidéos et bien d’autres choses utiles ou inutiles.

Un grand Merci à Gaël qui a organisé toute la mise en route, et qui aura, je le crains, encore bien des occasions  de m’apporter son aide !

ET POUR FINIR CE MAGNIFIQUE TEXTE DE BEAUDELAIRE

Un port est un séjour charmant pour une âme fatiguée des luttes de la vie. L’ampleur du ciel, l’architecture mobile des nuages, les colorations changeantes de la mer, le scintillement des phares, sont un prisme merveilleusement propre à amuser les yeux sans jamais les lasser. Les formes élancées des navires, au gréement compliqué, auxquels la houle imprime des oscillations harmonieuses, servent à entretenir dans l’âme le goût du rythme et de la beauté. Et puis, surtout, il y a une sorte de plaisir mystérieux et aristocratique pour celui qui n’a plus ni curiosité ni ambition, à contempler, couché dans le belvédère ou accoudé sur le môle, tous ces mouvements de ceux qui partent et de ceux qui reviennent, de ceux qui ont encore la force de vouloir, le désir de voyager ou de s’enrichir.

 

Je  pars à la recherche de ce port de sérénité !

9 Responses to “Bienvenue”

  1. Michel Faure dit :

    Voilà que tu te lances dans la réflexion et la philosophie. Pourquoi pas ça ne fait pas de mal mais attention de ne pas tomber dans l’ésotérisme ou l’irrationnel.
    Quel est ton objectif ? Pour l’instant je trouve que tu es bien sérieuse.
    Ton blog ne peut-il pas se présenter en français ?

    • Michel Faure dit :

      Le modérateur n’a pas fonctionné car mon message s’est affiché instantanément.
      Par ailleurs j’ai dû utiliser le navigateur Firefox pour envoyer mon message car celui d’AOL refusait l’envoi.

    • France dit :

      Je comprends que l’irrationnel te perturbe 🙂 !! mais moi ça me convient tout à fait ! on n’est pas exactement sur la même longueur à ce sujet, mais il y a et il y aura des sujets également très concrets ! pour l’instant l’objectif est d’abord de me faire plaisir à trouver des infos, textes et autres supports qui m’ont intéressés ou interpelés et les faire partager à ceux que cela peut intéresser également.
      Pour l’anglais, je ne sais pas car c’est Gael qui a fait la mise en route et j’ignore s’il est possible d’avoir l’environnement en français ? je vais lui demander.
      Merci en tous cas pour tes commentaires (le premier je n’ai rien compris (modérateur ??) je vais le faire suivre à Gael, et lui demander une réponse.

  2. Michel Faure dit :

    Pourquoi ais-je accès au Blog de Gaël et à la page de gestion de ton Blog ?

  3. Didi dit :

    coucou!
    super! alors longue vie à ton blog et que les vents te mène au bon port!!
    bisous

  4. Didi dit :

    j’adore la photo du chat en pleine réflexion!!!!!!

  5. Nad dit :

    Coucou ma Feufeu,
    Ben voilà, c’est fait ! Super ! Ce n’est que le début et je sens que je vais m’y plaire sur ton site … Vive la liberté d’expression ! Bizzzz
    PS : c’est-y possible d’avoir des caractères plus gros dans les corps de texte … même avec mes lunettes j’avais un peu du mal … mais c’est peut-être la fatigue ou la « vieillerie » … :o)

Leave a Reply